Animateurs, non. Formateurs ou Conseillers ?

lundi 30 décembre 2013
par  Pierre MARIE
popularité : 6%

Que ce soient les adhérents de l’association (et c’est bien normal) ou les colistiers de la liste ATICE, tous semblent d’accord pour qu’on abandonne le vocable "Animateur" présent dans quasiment toutes les appellations départementales nous concernant.

Un débat existe cependant au sujet d’une nouvelle dénomination : formateur ou conseiller ?

Certains associent "Conseiller" à la détention du CAFIPEMF... Pourtant, il faut a priori posséder cette certification pour être formateur.

Ce débat n’est pas tranché parmi nous et nous serions curieux de connaître l’avis d’autres personnes intéressées par les TICE : peut être devrions-nous parler à ce propos de TUIC, voire de numérique ?


Commentaires  Forum fermé

Logo de un petit MAI qui n’a pas la grosse tête
samedi 4 janvier 2014 à 08h08 - par  un petit MAI qui n’a pas la grosse tête

Bonjour,

Je ne suis ni formateur ni conseiller pédagogique avec un cafimpemf lorsque je m’occupe aussi d’affelnet, aria, base élèves, enquêtes, fichiers excel divers, serveurs...Que l’on ait l’iso complète comme tous les enseinants de 1er degré, c’est une chose. Par contre, nous ne sommes en rien des formateurs conseillers pédagogiques ou alors pour ceux qui resteront (peu), ils auront les mêmes tâches en plus des conseillers pédagogiques (PES, Master, Magistere, formation en maîtrise de la langue, anglais....) pour quelques centimes d’euros supplémentaires. Nos supérieurs ne retiendront que le terme de conseillers ou formateurs. Nous sommes des accompagnateurs dans le domaine des Tice et je ne me sens nullement offusqué que certains parlent de gentils animateurs.

Cordialement
un petit MAI

Logo de Jean Marc Pentecouteau
samedi 4 janvier 2014 à 19h23 - par  Jean Marc Pentecouteau

Occupant le poste d’Atice depuis 15 ans ayant animé ma première "conférence pédagogique" (c’est comme ça qu’on disait àl’époque) en 1986, je ne me retrouve pas du tout dans le descriptif que tu fais.

Certes, les premières années on a fait appel àmoi pour mes compétences techniques (je revendique pour l’époque le terme de Bidouilleur de service) mais j’ai vite compris les enjeux de la prédominance du pédago sur le technique. Bien sà»r toutes les tâches que tu énumères font partie de mon quotidien mais depuis 15 ans mon rôle de formateur est clairement identifié, que ce soit pour des interventions auprès d’équipes d’écoles sur des projets précis, pour des formations en accompagnement avec les CPC et CPD sur le volet Tice des thèmes présentés ou seul pour des animations pédagogiques (vrais animations avec OM Gaia et tout et tout... ). Je suis intervnu également àl’IUFM sur des stages de formation continue et même initiale il y a quelques années.

J’ai développé des modules de formation en ligne pour les groupes départementaux maternelle, Langues vivantes, maîtrise de la langue et mathématiques. et tout ça sans CAFIPEMF (je me suis présenté, ai été admissible mais n’ai pas souhaité poursuivre pour raisons personnelles).

Je sais que je ne suis pas un cas unique et que beaucoup se reconnaîtront dans mon parcours.

Il est vrai que je suis en fin de carrière et que l’aspect financier m’importe peu (je comprends parfaitement que ça n’est pas le cas pour tout le monde).

Néanmoins, je ne peux que me féliciter de voir ce qui se passe maintenant, aussi bien avec l’arrivée du plan numérique àl’école qu’avec le mouvement de demande de reconnaissance des Xtice qui s’amorce.

Bien cordialement

JM Pentecouteau.

Logo de Marc
samedi 4 janvier 2014 à 20h06 - par  Marc

A Jean Marc Pentecouteau

Tu as bien de la chance de ne pas t’occuper de Base Elèves, Affelnet, Aria, ENT, enquêtes.... àla demande de quasiment toutes les DASEN en France pour les postes Tice en circonscription. Tant mieux pour vous ! Ce sont peut être les CPC et CPCEPS qui s’en chargent ?

Logo de Paul
samedi 4 janvier 2014 à 20h27 - par  Paul

Il me semble que nous ne sommes pas conseillers pédagogiques. Nous aidons les collègues dans leur travail en classe, organisons quelques formations dans le domaine des TICE mais la majeure partie du temps reste de l’accompagnement àl’utilisation des outils informatiques et des différentes applications Education Nationale (base élèves, maintenant affelnet ....). Les CPC et CPEPS ont d’autres compétences et savoirs que nous. Ce serait une erreur que de tendre vers un cafimpemf, ne nous différenciant plus d’un généraliste capable d’utiliser aussi les TICE (compétences transversales). Notre statut actuel intermédiaire me convient et effectivement si c’est pour quelques euros, je ne comprends pas très bien toutes ces démarches. On pourrait juste demander l’ISOE comme dit plus haut.
Je ne travaille pas comme Monsieur Pentecouteau ,avec la DSDEN...D’alleurs vous dites aussi que vous êtes intervenu àl’iufm il y a quelques années. Cela confirme que ce n’est vraiment fréquent. Je travaille en circonscription et m’occupe des collègues de la circonscription.

Amicalement

Paul (accompagnateur ou soutien en TUIC)

Logo de Christophe GILGER
samedi 4 janvier 2014 à 20h44 - par  Christophe GILGER

Si nous voulons préserver/justifier/défendre/valoriser... nos postes, je pense qu’il faut clairement revendiquer notre rôle de formateur TICE. Et pas formateurs techniques, mais formateurs aux usages pédagogiques dans les classes : comment intégrer avec pertinence les TICE dans les pratiques de classe.

Dans notre département, nous ne gérons ni ARIA, BaseElève, Affelnet, GAIA...

On met quelquefois la main àla patte pour aider un directeur (facile car je suis aussi directeur et donc utilisateur de ces applications), mais cela ne va pas au delà. Quelques interventions pour aider techniquement l’équipe de l’IEN (secrétaire, IEN, CPC...).

Mes compétences techniques, apprises sur le tas, me sont utiles pour conseiller les collègues ou municipalité sur des investissements TICE (tablettes, TNI, classe mobile...). Mais si j’y arrive (ou si j’essaie), c’est grâce àmes compétences pédagogiques. Je suis avant tout enseignant et non informaticien. La valence CAFIPEMF me semble primordiale dans notre rôle de formateur que nous jouons au quotidien (animations pédagogiques, formations, intervention dans le cadre des évaluations d’école...) : affirmons-le. Sinon, on peut aisément nous replacer par un technicien : les communes, les DSDEN, les rectorats en ont d’excellents, mais ils ne peuvent remplir notre rôle auprès des enseignants pour le développement des TICE en classe.

Après... formateurs ou conseillers, je vous laisse choisir...

Logo de K-rine
samedi 4 janvier 2014 à 23h07 - par  K-rine

Ah, et bien pas de pot alors parce qu’avec mon cafipemf (généraliste) j’ai aussi des visites PES, des formations àfaire, si il y avait plus de M2 nul doute, j’en aurais eu àvisiter...Magistère on a été déjàinclus comme "formateurs" sans qu’on nous donne le choix...Je suis en classe entre 10 et 14 semaines par an pour des classes Tice, j’anime aussi des ateliers Tice avec les élèves pendant les évaluations d’écoles, je m’occupe de base élèves, affelnet, enquêtes etc...tout ça pour ....ah rien...ou presque parce que les indemnités kilométriques fondent comme neige au soleil, pas de nbi et pas d’isae...bref pour moi cette année ce sera mouvement, parce que je suis bien vos remarques fort pertinentes sur la liste et sur la magique implication de nos syndicats (maintenant que les arbitrages ont été rendus il était temps qu’ils se souviennent qu’on existe...) mais je ne crois absolument pas ànotre prochaine revalorisation hypothétique.

Alors non la revendication du titre de "gentil animateur" vraiment pas pour moi...croire qu’il protège de ce que certains pensent réservé aux conseillers et formateurs est un leurre... Et ce n’est pas avoir la grosse tête que de juste réclamer un peu de considération... Revendiquer une reconnaissance de nos compétences pas seulement sur un titre mais avec des pépettes sonnantes et trébuchantes et arrêter de s’entendre dire toutes les fois que cela est possible qu’on devrait s’estimer heureux d’avoir encore nos postes...parce qu’on fait le boulot et flà»te on le fait plutôt bien ! 

Logo de Olivier
dimanche 5 janvier 2014 à 13h22 - par  Olivier

qui parle de technique ? Si aider les directeurs comme les dsden nous le demandent àBase elèves, affelnet,.. c’est être informaticien alors ce serait grave. Je ne pense pas qu’un étudiant en informatique apprenne Base élèves ou affelnet....dans ses études mais bon tout est possible apparemment.

"Dans notre département, nous ne gérons ni ARIA, BaseElève, Affelnet, ..." mais alors qui aide les directeurs. Personne ? ils se débrouillent ? ils n’ont pas été mis en place dans votre département ? Aria est dans les circonscriptions en principe. Etes-vous en métropole ?

formateurs ou conseillers , c’est la même chose.

"Sinon, on peut aisément nous remplacer par un technicien : les communes, les DSDEN, les rectorats en ont d’excellents" Je vous invite àaller sur le terrain car j’en doute. Les rectorats et dsden n’ont plus personne et les communes ne veulent pas souvent s’en occuper.

Nous touchons un peu àtout et je doute qu’on ait les compétences des CPAIEN et CPCEPS qui peuvent facilement nous remplacer pour des considération uniquement pédagogiques. Les tice se retrouvent de manière transversale dans toutes les compétences.

Les premiers àsauter en cas de restriction, ce serait nous , si nous étions conseillers (=formateus) tice. Dans la consultation nationale des programmes, les collègues demandent àutiliser moins les tice, l’eps....et àrevenir aux maths et français. Lisez le rapport et ne nous prenons pas pour des conseillers pédagogiques. Le retour risque d’être sévère.

L’administratif (aria, base elèves, affelnet.) fait partie de nos fonctions, comme la pédagogie en tant qu’enseignant et pas conseiller et parfois un peu la technique de niveau 1 (savoir imprimer, scanner...)

Restons sur terre et ne pétons pas plus au haut que notre...

Demander l’ISOE serait déjàune bonne chose

Cordialement

un petit animateur en informatique et content de l’être

Logo de helene
dimanche 5 janvier 2014 à 13h43 - par  helene

Revenons sur Terre. La France et l’Europe est en crise. Les 3/4 des écoles ont peu de matériel et certains rêvent d’être conseiller pédagogique en circonscription, qui certainement disparaitront dans les années àvenir. Pourquoi pas des conseillers en musique par circonscription ou en arts plastiques.

Le seul point qui tient un peu ces postes tice dans les circonscriptions, c’est l’ADMINISTRATIF avec Base Elèves, enquêtes, tableau de bord, affelnet...Et les dasen qui elles aussi sont de plus en regroupées dans les rectorat ne peuvent s’en charger. C’est la même chose pour les conseillers pédagogiques qui traitent énormément de dossiers et font beaucoup moins dé pédagogie.

Et si certains rêvent de Magistere... sachez que les collègues dans les écoles dans certaines académies comme dans le 38 qui l’ont testé, en sont écoeurés. Ce n’est pas la révolution numérique mais un retour en arrière de 200 ans avec les cours magistraux arrivant maintenant de Paris.

D’accord pour demander l’isoe mais pas le cafimpemf qui ne servira àrien quand les circonscriptions disparaitront dans 4 ou 5 ans si ce n’est avant (certains syndicats l’évoquent déjà).

Logo de Pierre MARIE
dimanche 5 janvier 2014 à 14h53 - par  Pierre MARIE

Bon, le débat s’amorce, c’est bien...

Par contre, n’en déplaise aux collègues qui sont intervenus, l’ AFT est bel et bien sur terre et ne revendique pas le CAFIPEMF.

L’AFT revendique l’appellation de formateur en lieu et place d’animateur. Nous ne sommes pas en centre de loisirs et nous formons nos collègues àl’usage des TICE...

Le CAFIPEMF, c’est une autre problématique : devons-nous le revendiquer pour être reconnus comme formateurs ?

Devons-nous le passer (obligation par l’administration, démarche individuelle, reconnaissance par la VAE, complément en faculté, C2i2e...) ?

Quel rôle de conseiller ? Conseiller départemental TICE, conseiller pédagogique de circonscription avec une vague spécialisation TICE (comme les anciens EPS), conseiller de bassin, etc.

Si nous arrivons ànous faire entendre, que demandons-nous ?

C’est le sens de ce débat...

Logo de bernard
dimanche 5 janvier 2014 à 15h44 - par  bernard

Monsieur Marie,

vous ne revendiquez pas le cafimpemf mais vous parlez de formateur ou de conseiller, or cela va de pair.

puis vous nous demandez s’il faut passer par la VAE... vous rêvez , l’administration ne laissera pas le choix. La VAE n’existe pas dans l’education nationale ou alors vous licence science de l’éducation en ingénierie, ce dont je me fous complètement.

De plus lisez "K-rine", on ferait tout sous pretexte de l’avoir pour exploser sous la charge. Les IEN et Dasen seraient ravis de nous charger un peu plus.

"Quel rôle de conseiller ? Conseiller départemental TICE, conseiller pédagogique de circonscription avec une vague spécialisation TICE (comme les anciens EPS), conseiller de bassin, etc.Quel rôle de conseiller ? Conseiller départemental TICE, conseiller pédagogique de circonscription avec une vague spécialisation TICE (comme les anciens EPS), conseiller de bassin, etc."

Souhaitez -vous détruire la proximité des circonscriptions pour être aux ordres des dsden : conseiller départemental, conseiller de bassin... Dans les deux cas , cela permettrait d’en supprimer. Votre raisonnement est vraiment inquiétant.

Certains ont raison de s’inquiéter.Laissez nous tranquilles avec notre travail de proximité au sein des circonscriptions en tant que PROFESSEUR DES ECOLES, animateur tice et je ne vois pas où est le problème. "animateur" n’existe pas dans le statut comme on peut certains collègues mettant en avant le cafimpemf alors qu’ils ne sont pas conseiller pédagogique mais juste chargé de mission tice en tgant que professeur des écoles. Ceux qui veulent devenir CPAIEN ou CPCPEPS(pourquoi "comme les anciens EPS ?" cela existe toujours) n’ont qu’àchanger.

On touche un peu àtout et c’est ça notre force et richesse (Administratif, péda comme tout PE, et un peu de technique). Il ne faut pas crâcher dessus.

Demandez l’ISOE comme tous les collègues et pas à25%, 50% selon les cas !

Logo de Marc Deloménie
dimanche 5 janvier 2014 à 15h54 - par  Marc Deloménie

Bonjour,

Le cafipemf est la seule certification qui permet d’être reconnu comme formateur quand on est PE. Même le c2i2e niveau 2 ne l’est pas institutionnellement dans le cadre actuel.

Il est certain que ce n’est pas la Panacée mais, si rien d’autre n’existe, c’est tout ce qu’il y a... 

Les tâches administratives qui nous incombent sont làparce que les postes nécessaires n’ont pas été créés dans les services informatiques mais pris sur des quotas de postes d’enseignants : c’est ce qui s’est passé chez nous avec la réouverture de postes au moment du déploiement des applications nationales. C’était en attendant une plateforme d’assistance qui n’a jamais vu le jour.

Mais franchement, je trouve qu’employer des PE pour faire de l’assistance, c’est gaspiller l’argent public !

L’informatique crée de nouveaux métiers partout, sauf chez nous !

Logo de sylvie
dimanche 5 janvier 2014 à 16h30 - par  sylvie

Il ne faut pas s’arrêter àune histoire de vocable sous peine avec un cafimpemf (conseiller ou formateur) d’être "surutilisé" (ou exploité) : conseiller pédagogique (formateur) + animateur tice.

Notre statut est professeur des écoles et pas géo ou je ne sais quoi. Si l’administration complète avec animateur et alors ? je suis professeur des écoles.

 Je souhaiterais ISOE pleine comme tous mes collègues et pas à25% comme la dsden nous la donne chez nous (fonction du temps de présence devant les élèves)

Logo de guy
dimanche 5 janvier 2014 à 16h38 - par  guy

Les directeurs ont 100 % de l’ISOE quelque soit leur temps de décharge. C’est simple, pourquoi pas nous ?

Logo de philippe
dimanche 5 janvier 2014 à 17h54 - par  philippe

A Marc Deloménie

Outre les aspects administratifs, pédagogiques , je voudrais aborder l’aspect technique de nos missions et pas de simples "bidouilles."

Il existe de plus en plus d’applications web ou non permettant de proposer des activités pédagogiques aux collègues : ENT, wiki (aft-rn en dispose un et vous pourrez remercier celui qui n’est pas conseiller pédagogique mais a des compétences techniques) , logiciels, compilations...et même filtrage .... faites souvent par des collègues des missions TICE. Je tiens àles remercier et je souhaite que l’on continue àdéfendre ces missions au risque de voir disparaitre tout un tas de potentiel ànotre disposition. Certains diront qu’il y a le privé et qu’on a qu’àpayer mais j’ai pu m’apercevoir que le privé était loin d’être capable même en discutant pendant des années sur certains projets de réaliser ce que des atice, mai... ont pu faire.

Preuve en est qu’une collègue CPAIEN passe actuellement un master 2 en ingénierie de la formation et que lui apprend-on ? A déployer des ent, cms (spip, joomla...). Ne perdons pas cette spécificité et formons ceux qui parmi nous ne savent pas au lieu de suivre très souvent des formations de la dsden lamentable et honteuse.

l’ISOE m’irait bien, demander cafimpemf serait irréaliste (n’oublions que nous sommes déjàenseignant et que nous pouvons aussi compter sur les conseillers pédagogiques si besoin)

N’ayons pas honte d’être des techniciens pédagogues

Amicalement

Philippe

Logo de isa
dimanche 5 janvier 2014 à 18h26 - par  isa

+1 pour demander l’ISOE et pourquoi pas une bonification pour un accès àla hors-classe si on est resté un certain nombre d’années sur ce type de poste àmission TICE comme pour les directeurs. Concernant l’appellation , animateur me va très bien et je m’en fiche royalement puisque je suis professeur des écoles avant tout. Je ne souhaite ni être formateur, ni conseiller pédagogique.

Pour ceux qui veulent devenir cpaien pour quelques années, ils peuvent le faire et former aux tice aussi.

Le cafimpemf ne correspond pas ànos missions (administratif, pédagogique et technique), nous en éloignerait et serait une perte de temps . En outre, je reste persuadé comme un collègue l’a dit qu’àcourt terme, les conseillers pédagoqiques n’existeront plus comme dans le second degré, les principaux de collège gérant le 1er degré avec des ien devenus IA-IPR.

Logo de Fred.
jeudi 16 janvier 2014 à 20h15 - par  Fred.

Pourquoi pas la création d’un nouveau type de "poste" ?

Je ne suis pas suffisamment instruit quant àl’histoire de l’EN mais je suppose que les différents postes qui existent actuellement sont des réponses àdes besoins qui se sont exprimés au fil du temps.

Depuis quelques années, le numérique s’est installé dans les écoles. Avec lui, de nouveaux besoins. Il serait peut-être temps d’imaginer un type de poste qui serait susceptible de répondre àces derniers.

L’idée d’un formateur aux usages du numérique (FAUn, FUN, etc.) me séduit. Ce ne serait pas un(e) CPC, pas un(e) CPC-EPS, pas un(e) PEMF, etc. mais bien une personne avec un rôle clairement et des missions identifiés ainsi qu’une reconnaissance tant administrative que financière.

Logo de Jonathan
vendredi 17 janvier 2014 à 09h14 - par  Jonathan

Totalement d’accord avec la proposition de Fred.

Le Cafipemf n’est pas adapté àla réalité des missions du xTice. Dans notre département, àchaque fois qu’un Atice obtient le cafipemf, il quitte le poste dans l’année qui suit... CQFD.

Nos missions ne sont pas celles d’un enseignant en classe, ni d’un directeur, ni d’un conseiller péda, mais celle d’un formateur et techno-pédagogue.

Je militerais volontiers pour cette proposition.

Logo de SD
vendredi 17 janvier 2014 à 18h35 - par  SD

Absolument d’accord avec Fred.

Quand un besoin existe, on y répond.
On ne s’adresse pas actuellement àun IEN ou même àun DSDEN mais au Ministre. Notre Ministre.
Et qui plus que lui a la possibilité de créer un nouveau "statut" ?

Il semble que nombre d’entre nous soient d’accord pour dire que le CAFIPEMF tel qu’il existe ne correspond pas ànos missions et n’a aucune légitimité pour valider nos compétences, souvent acquises de manière autodidacte soit dit en passant.
D’autre part il semble aussi qu’il n’y ait pas de volonté majoritaire pour devenir des conseillers pédagogiques, avec tout ce que ça suppose dans les modifications profondes que subiraient nos missions.
Mais qu’est-ce qui empêche un Ministre qui en aurait la volonté, notamment parce qu’il a mis en place un plan explicitement nommé "numérique", d’y associer de nouveaux personnels ?
Les aides au directeurs n’existaient pas il y a quelques années me semble-t-il. Pourtant ces postes ont été créés par une volonté politique. Donc c’est possible.

Pour résumer ma position, oui àun nouveau statut, et surtout oui àun nouveau protocole de validation différent du CAFIPEMF.
A la direction de l’évaluation d’en déterminer un contenu en cohérence avec nos missions, lorsqu’elles l’auront été au niveau national.

[Et je précise pour toutes les interventions qui la mentionnent que dans le premier degré il n’y a pas d’ISOE, mais une ISAE...]

Navigation

Articles de la rubrique