Paroles de FTICE, Saison 1, Épisode 5...

lundi 13 janvier 2014
par  Pierre MARIE
popularité : 25%

Paroles de FTICE1D - 5

Les formateurs TICE du premier degré sont présents dans toutes les académies. Localement, on les nomme ATICE, IAI, EATICE, CTICE, EMALA, FIP, PRI, MAI, CTTICE etc
Leurs missions, très diverses, dépendent de la politique et des priorités de l’EN, de la politique des villes, du déploiement de matériel, des objectifs de la formation académique, des actions de l’IEN et de la géographie de leur département (zone rurale, urbaine, montagneuse…).
Les FTICE1D sont des professeurs des écoles avec ou sans CAFIPEMF. Ils exercent leurs missions à mi-temps ou temps plein. Leur nombre, d’un département à l’autre, est très variable.

Le développement des TICE dans le Premier Degré dépend en grande partie d’eux.
Au quotidien dans les classes, dans les écoles, dans les circonscriptions, ils explorent, adaptent, Ils suscitent, ils motivent, ils forment, animent, accompagnent.
Plus le numérique se développe et plus ils sont sollicités, dans les écoles, dans les circonscriptions et dans les académies.
Depuis plus de vingt ans, le numérique réserve de plus en plus de surprises et de nouveautés.

Des FTICE prennent la parole et parlent de leur travail.

Voici un cinquième témoignage.
____________

MATICE à mi-temps (5 équivalents temps plein pour le département)
1 circonscription, 39 écoles, 180 classes, 220 collègues
19 animations pédagogiques et 2 stages programmés cette année au plan de formation (en totale autonomie et sans CAFIPEMF)
Puisque chacun présente sa « petite » semaine de rentrée, à mon tour.

Lundi matin :
Présentateur - point avec l’IEN sur la situation du numérique dans la circo et les formations (m@gistère, ENT académique, livret numérique, cahier numérique,…).
Lundi après-midi :
Formateur numérique - préparation d’une animation sur ce même ENT que les collègues, inscrits par les mairies, vont découvrir la semaine prochaine – appropriation de l’espace ; préparation des comptes profs, élèves et parents ; mise en place de cours dans des comptes fictifs ; et bien sûr, objectifs pédagogiques (merci les collègues, heureusement qu’on mutualise).

Mardi matin :
Facteur – distribution des nouvelles clés OTP (1h30 de voiture) ; ça permet de voir des collègues et d’apporter quelques idées ou solutions.
Mardi après-midi :
Formateur à nouveau – finalisation d’une animation sur le Cahier Numérique pour le lendemain.

Mercredi matin
Animateur – animation péda sur site (3h)

Jeudi
Prof – hé oui, je suis à mi-temps TICE, donc retour en classe ; au moins là, les TUIC c’est pour mes élèves et moi.

Vendredi matin :
Commercial – réunion exceptionnel du DASEN sur le toujours même ENT, présentation à tous les « partenaires » ; Je suis en classe ? Ce n’est pas grave, je serai remplacé ; mais uniquement le matin ! 1h30 de voiture
Vendredi après-midi :
Prof à nouveau – vite, mon VNi pour me défouler.
Sans oublier bien sûr, les mails, coup de fils et autres urgences, (déchargé ou pas !) : j’ai actuellement 3 écoles en attente de mon « dépannage », dès que j’aurai 5 min (j’en ferai un jeudi prochain après la classe).

Ouf, le week-end arrive, plus qu’à lire les 38 mails de la liste ATICE et je serai à jour …

Précision :
L’objectif ici n’est pas de me plaindre, j’aime ce que je fais malgré le temps passé, les « commandes » institutionnelles, les « pannes », les urgences, … Je connais tous les bons côtés de notre mission.
Presque toutes les formations sont des demandes des collègues et j’ai un réel plaisir à aller à leur rencontre pour essayer de leur apporter des solutions numériques concrètes et « sur mesure », CAFIPEMF ou pas …
Ma réelle inquiétude porte sur la pérennité de nos postes qui n’est pas du tout en rapport avec notre engagement. Il est plus facile de donner de sa personne si on est dans un cadre sécurisé. Notre « mission » ne nous offre d’autre certitude que celle de continuer jusqu’au 4 juillet 2014.