Afin d’être entendue et écoutée notre association doit être la voix du plus grand nombre.

samedi 22 février 2020
par  Christian Stracka
popularité : 29%

En 2013, Pierre Marie écrivait ces lignes :

"Le développement des TICE dans le Premier Degré dépend en grande partie de nous. Au quotidien dans les classes, dans les écoles, dans les circonscriptions, nous explorons, adaptons, nous suscitons, nous motivons, nous formons, animons, accompagnons.Plus nos missions de formateurs dans le 1er degré prennent de l’importance, moins nous sommes mentionnés dans les textes nationaux.Retour ligne manuel
Et pourtant, depuis plus de vingt ans, nous développons au quotidien les TICE au sein de l’école.Un vrai paradoxe quand le ministre déclare que le numérique est au coeur de la refondation !Nous sommes exclus, de fait, des discussions actuelles sur l’évolution du métier d’enseignant. Quel sens faut-il donner à cette exclusion ?La formation et l’accompagnement des collègues ne sont pas terminés. Leurs besoins grandissent.La formation à distance ne résoudra pas tout !Que va devenir l’accompagnement pédagogique du numérique au sein des classes et des écoles ?

Nous, formateurs de l’école numérique nous demandons :

1/ La pérennité de nos postes Si nos missions se développent, nos postes dépendent de la volonté des DASEN. Il n’est pas rare que des collègues très investis voient leurs postes supprimés.

2/ Une lettre de mission nationale Proposée par le ministère, centrée sur le développement du numérique dans les écoles Et pouvant être adaptée aux conditions locales au niveau des académies ou des départements.

3/ La prise en compte des compétences acquises Avec la possibilité d’une VAE après un certain temps d’exercice.

4/ Le bénéfice de la NBI Qui serait une reconnaissance de notre investissement important dans le développement de l’école numérique.

5/ Plus de temps pour l’accompagnement du terrain et moins d’administratif (tableaux de bords, enquêtes diverses etc)

6/ La prise en compte dans notre temps de travail d’au moins une partie du temps consacré à la veille technique et pédagogique et à l’auto formation.

Depuis... toujours, on oppose à nos demandes, le fait que bientôt les enseignants seront tous autonomes avec le numérique. Et pourtant plus le numérique se développe et plus nous sommes sollicités, dans les écoles, dans les circonscriptions et dans les académies. Depuis plus de vingt ans, le numérique nous réserve de plus en plus de surprises et de nouveautés."

Depuis très peu de choses ont changées !

Nous avons obtenue une lettre de mission nationale, une IMP et l’harmonisation de notre acronyme sur tout le territoire : ERUN

Ceci a été rendue possible grâce à l’action de l’AFT-RN et à la volonté de la ministre Mme Najat Vallaud-Belkacem en 2016

La DNE, rue de grenelle est consciente de l’importance de notre rôle dans l’accompagemnt du numérique éducatif. Je me suis rendu à plusieurs reprises sur place, à leur invitation, rencontrer ceux qui la composent.

Un groupe de travail va être constitué. Son objectif va être de définir les grandes lignes des changements nécessaires, pour le Forum International du Numérique pour l’Éducation les 3/4/5 juin 2020 à Poitiers pour une applications en septembre 2020 aussi bien au niveau des nouvelles missions la reconnaissance financière qui les accompagneront afin de "fidéliser les formateurs au numérique dans leur mission" je site les membres de la DNE.


La Première réunion du groupe de travail a été fixée pour le mercredi 25 mars après-midi à la DNE rue de Grenelle.

Afin d’être entendue et écoutée notre association doit être la voix du plus grand nombre. La campagne d’adhésion a bien débuté, nous avons atteint une centaine d’adhérents en 48 heures, mais ce n’est pas suffiant, nous sommes un peu moins de 1 000 sur l’ensemble du territoire, ERUN et CPC numériques confondus. Il faut donc se mobiliser pour que ce nombre soit le plus important possible. Les prochaines négociations en dépendent !

Adhérez !